Îles
  • De notre correspondante, Sophie Mendes | Crée le 01.06.2018 à 04h25 | Mis à jour le 01.06.2018 à 04h25
    Imprimer
    Le grand chef Wanaro (en rouge) et Pa Kura, « un ancien toujours là, fidèle au poste », participent aussi aux préparatifs. Photos S.M.
    Maré. Comme chaque année en juin, le bal des mariages coutumiers est lancé et se terminera en octobre. Rencontre avec Henry Waheo pour faire la lumière sur les préparatifs de celui du grand chef Wanaro de Wabao, district de Si Med, qui s’unira à Wapepene Wadrobert les 17 et 18 juillet prochains.

    «Nous avons terminé la rénovation du faré de la chefferie et poursuivons celle de la villa du grand chef. Hier, nous avons commencé la construction des dece (cabanes) pour la réception des ignames et des dons », a introduit Henry, l’un des « papas » de la famille Waheo, gardiens de la grande chefferie. A ce titre, il supervise la préparation de ce qui sera le plus grand mariage de l’année à Maré. Parce qu’il s’agit d’un grand chef, l’événement va concerner toutes les chefferies de l’île et attirer un grand nombre de Si Nengone et îliens voisins. Alors toute la tribu de Wabao se mobilise et s’organise pour que tout soit prêt le jour J.

    Depuis lundi et chaque lundi dorénavant, les représentants de la tribu se réunissent pour penser, programmer et suivre l’avancée des opérations. Aujourd’hui, c’est à l’agrandissement de la cuisine que les garçons de la tribu s’attellent sous la direction de Pa Wassaum. On a coupé et préparé les poteaux de bois hier, on tronçonne les cocotiers qui gênent aujourd’hui. Les tôles attendent au sol pour le toit du prolongement. Dans l’actuelle cuisine, quelques mamans de la tribu s’activent pour préparer le repas des travailleurs.

    Tous se mobilisent pour participer au mariage de leur grand chef, y compris les Si Nengone installés à Nouméa. Dimanche sur la plage de Magenta, c’est un grand repas dansant qui est organisé au profit de cet événement.


    « Un impact sur tous »

    Ce week-end à Maré, l’une des familles de la tribu organise un mini-marché et un tournoi de pétanque. « Cette mobilisation modifie la vie de la tribu, a un impact sur tous. On organise des journées, on nettoie les espaces verts, on rénove les habitations pour accueillir dans les meilleures conditions. Pour ce mariage qui concerne un grand chef, il y a des chemins coutumiers à emprunter, qui mèneront à d’autres maisons avant la grande chefferie », a expliqué Henry. Le marché du mercredi a été temporairement supprimé, au profit du seul vendredi, pour libérer du temps et de la main-d’œuvre.

    Sous la responsabilité de Modris Waheo, la récolte des ignames de Watheb a commencé. C’est une réserve pour la chefferie. « Comme la tribu compte des clans de la terre et de la mer, il faudrait également envisager des réserves dans la mer pour garantir une bonne pêche les jours qui précéderont le mariage », a précisé Henry. Récolte, pêche, constructions, collectes des fonds… en marge de ces opérations très concrètes, le comité organisateur a demandé des devis pour des conteneurs frigorifiques. Il se penche également sur des courriers aux collectivités de l’île pour une aide matérielle ou encore, prépare les invitations officielles. Il devra également arrêter le calendrier des travaux coutumiers qui vont précéder le mariage. Chaque famille, selon sa position, viendra apporter ses dons. Une date sera dédiée aux oncles utérins, une autre aux grands chefs de Tadine et Nécé, une autre encore aux autres chefferies… tout est pensé et réparti pour assurer la réussite de cet événement attendu depuis de nombreuses années à Maré.

  • MEDIAS ASSOCIÉS
  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS