Îles
  • De notre correpondante, Sophie Mendes | Crée le 09.07.2018 à 05h58 | Mis à jour le 09.07.2018 à 10h24
    Imprimer
    C’est le Centre information jeunesse qui a animé la dernière journée pour évoquer les dispositifs de mobilité qui s’offrent aux jeunes, diplômés ou non, dans le Pacifique et en EuropePhotos S.M.
    Maré. Du 2 au 5 juillet, quatre organisations sont venues apporter aux jeunes des conseils sur la formation, l’apprentissage et la mobilité.

    Ils étaient plus d’une trentaine de jeunes, chaque jour de la semaine dernière, à venir profiter des informations et des conseils des professionnels de la formation et de l’insertion. A l’issue du dernier atelier, jeudi 5 juillet, le bilan était très positif.

    « L’insertion est un élément de prévention de la délinquance. C’est une grosse problématique ici. Or, les jeunes et les familles sont obligées de se déplacer à Nouméa pour aller chercher l’information. Nous avons voulu inverser les choses », a expliqué Paulo Watoene, éducateur à la DPJEJ. Il est à l’initiative de cette semaine Information qui a reçu le soutien du gouvernement, l’adhésion de la province des îles et de la commune de Maré. « C’est une première que l’on espère renouveler en renforçant certains aspects comme la communication et le transport pour permettre à plus de jeunes encore d’être présents, mais c’est une belle réussite. La volonté des partenaires est là. Le souci est partagé », s’est enthousiasmé le jeune éducateur.

    « Tout dépend de la motivation »

    Avec lui, les membres de l’Epefip et de l’OMS se sont mobilisés chaque jour pour guider les jeunes et garantir le bon déroulement des ateliers. La commune a mis à disposition salle, navette, collation et repas pour accueillir sa jeunesse dans les meilleures conditions.

    A l’issue du dernier atelier, jeudi, les retours des participants sont unanimement positifs. Doris a 23 ans. Malgré son BEP Carrières sanitaires et sociales, elle est sans emploi et a souhaité participer à cette semaine pour trouver une formation. C’est dans un CAP coiffure qu’elle souhaite dorénavant s’engager après l’information reçue par le Point Apprentissage. « C’est bien pour les jeunes comme moi qui veulent reprendre car ça fait cinq ans que j’ai arrêté l’école. On a envie de faire mais des fois, on est fainéant, il faut venir nous chercher », a-t-elle avoué. Anitia regrette aussi que tous les jeunes n’aient pas pu profiter de la semaine. « Tout dépend de la motivation et de la volonté de chacun à aller chercher l’information. » A 24 ans, elle a dû interrompre sa licence de maths pour raisons personnelles et se retrouve sans emploi. « On a déjà entendu parler de tout ça mais de retour à la tribu, on oublie un peu toutes ces opportunités. C’est un rappel qui nous pousse à aller vers eux, à postuler. » Anitia est particulièrement intéressée par un dispositif de mobilité qu’a présenté le CIJ NC. « Je suis jeune. Je veux voyager, découvrir d’autres cultures. C’est maintenant que je dois le faire. Dans ma tête, c’est partir ». C’est le cas également de Marie-Jo, 21 ans, sans emploi avec un niveau bac. « Je ne savais pas tout ça. Je ne savais pas qu’il y avait ce genre de dispositifs. Je découvre aujourd’hui que je peux partir comme volontaire à l’étranger. Je vais faire un dossier SVO. J’ai toujours voulu voyager et aider les autres. Cette formule me convient parfaitement. »

    De son côté, Liliane est en train de constituer son dossier pour une formation d’agent administratif de six mois au SMA. A 21 ans, malgré son bac pro Gestion et administration en poche, elle est sans emploi et espérait trouver cette semaine une piste. « C’est une opportunité pour nous, jeunes sans emploi. Ça nous évite de nous déplacer sur Nouméa. »

    Le film de la semaine

    Signe de l’importance de cet événement à l’initiative de la DPJEJ, Christopher Gygès, membre du gouvernement en charge de cette direction, a tenu à ouvrir la semaine Information, lundi matin avant la présentation des formations proposées dans le cadre du SMA (service militaire adapté).

    Mardi 3 juillet, deux membres de la Sécurité civile ont animé des sensibilisations aux premiers gestes qui sauvent. Objectif : responsabiliser les jeunes en matière de sécurité.

    Mercredi 4, après avoir fait la tournée des trois collèges la veille, le Point apprentissage, guichet unique, a présenté aux jeunes les opportunités de formation proposées par les Chambres de commerce, de métiers et de l’artisanat et, de l’agriculture.

    Jeudi, le Centre information jeunesse distillait des renseignements sur les dispositifs mobilité qui permettent d’aller étudier à l’étranger.

  • MEDIAS ASSOCIÉS
  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS