Îles
  • De notre correspondante, Sarah Maquet | Crée le 24.04.2019 à 04h25 | Mis à jour le 24.04.2019 à 09h18
    Imprimer
    Seuls 4 employés, sur les 15 de l’hôtel, n’ont pas participé à la mobilisation. Il s’agit de membres de la famille Oine. Photo S.M.

    OUVÉA. Onze des quinze employés de l’hôtel Beaupré, fermé depuis le lundi 15 avril par le GDPL Oine Sana, ont manifesté pacifiquement hier, en face de leur lieu de travail.

    Le GDPL a fermé le Beaupré à cause d’un désaccord foncier entre la Sodil (actuelle propriétaire de l’hôtel) et Suzanne Oine, propriétaire des terres coutumières. Les quatre employés non grévistes sont d’ailleurs des membres de la famille Oine.

    Hier matin, une banderole a été installée face à la banderole du GDPL qui bloque l’accès à l’hôtel. « Dans cette histoire tout le monde a sa version des faits », explique Maaki Konghouleux, réceptionniste au Beaupré depuis quatre ans. « Nous ne sommes pas contre la famille Oine, mais nous sommes contre la fermeture de notre outil de travail ».

    Mathias Waneux, président de la Sodil, est venu à leur rencontre en début d’après-midi. « J’ai la possibilité de faire rouvrir l’hôtel avec les gendarmes, a-t-il déclaré aux employés, car le GDPL qui bloque le site n’est pas dans le capital de l’entreprise. Mais, avec la Sodil, nous préférons dialoguer. » Une réunion entre les différents partis en désaccord devrait avoir lieu en fin de semaine. Après la visite de Mathias Waneux, les employés ont décroché leur banderole.

    « Nous sommes un peu rassurés, reprend Maaki Konghouleux, il nous a demandés deux semaines pour revenir vers nous avec des réponses. Nous acceptons, car il s’est engagé à tout mettre en œuvre pour sauver nos emplois ». En congés payés forcés jusqu’à la fin de cette semaine, les employés seront ensuite mis au chômage technique pour un mois.

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS