Nord
  • De notre correspondant, Christian Oghino | Crée le 06.05.2019 à 04h25 | Mis à jour le 06.05.2019 à 09h24
    Imprimer
    Après l’office religieux, un moment de recueillement et d’émotion sur la tombe de celui qui était avant tout un homme de Tiendanite, un époux et père de famille. Ici, la veuve de Jean-Marie, Marie-Claude Tjibaou, au côté de Gérard Poadja. En bas, Jean-Philippe, le fils du leader assassiné. Photos C.O.
    HIENGHÈNE. L’émotion était palpable à Tiendanite, samedi, où de nombreuses personnes sont venues rendre hommage au plus connu de ses enfants, Jean-Marie Tjibaou, assassiné il y a trente ans. Une stèle en hommage aux victimes de l’embuscade de 1984 a également été bénie.

    Il y a Jean-Marie Tjibaou, le leader politique, et il y a Jean-Marie, l’homme de Tiendanite. Si tant est qu’il soit possible de dissocier les deux. Si le travail de l’homme politique a largement été salué ce samedi à Tiendanite où ont été commémorés les trente ans de sa disparition, c’est aussi de l’homme de la tribu dont on a voulu se souvenir et les visages connus du monde politique qui étaient présents n’ont pas cherché à s’approprier ce moment intime de la famille Tjibaou.

    Une chanson écrite pour l’occasion a été interprétée devant la tombe de Jean-Marie Tjibaou.

     

    Malgré la présence d’une église dans la tribu, c’est à la maison commune que la messe a été célébrée, « pour respecter toutes les religions », explique André Lévy, le maire de Hienghène, qui, après avoir rappelé que Jean-Marie Tjibaou, de par son parcours et sa disparition, appartient désormais à l’histoire du pays, a ajouté que « cette commémoration est un hommage plus intimiste, c’est une façon de rendre Jean-Marie à sa tribu, à sa famille, c’est mon avis ».

    « Les dix de Tiendanite »

    Devant la stèle en hommage aux « Dix de Tiendanite », morts dans l’embuscade, en 1984.

     

    De nombreuses fleurs ont été déposées sur la tombe du leader indépendantiste, une chanson spécialement écrite pour cet hommage a été interprétée au son des guitares et le sénateur Gérard Poadja, au côté de Marie-Claude Tjibaou, a tenu à exprimer son respect et son admiration pour l’homme politique qu’était Jean-Marie Tjibaou « qui a su prendre ses responsabilités à une époque ou ça n’était pas simple ».

    Après cette cérémonie, la nombreuse foule s’est déplacée sur le site de Waan Yaat pour assister à la bénédiction de la stèle dédiée aux dix personnes tuées dans l’embuscade des « dix de Tiendanite », parmi lesquelles deux frères de Jean-Marie, en 1984, cinq ans avant l’assassinat du leader à Iaai. Une stèle qui a vu le jour à la demande des clans de Tiendanite et grâce au soutien de la mairie, de la province et de l’Etat. Pour terminer, Emmanuel Tjibaou s’est adressé à tous en rappelant que cette époque, ce n’est pas seulement l’histoire de Tiendanite, « il y a aussi Machoro et Marcel, le petit Tual aussi, on ne peut pas commémorer les dix, sans penser à eux aussi ». Projection d’un film, témoignages, danses, c’est au centre culturel que se sont poursuivies les animations dédiées à cette journée chargée d’émotion.

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS