Nord
  • Xavier Heyraud | Crée le 21.09.2017 à 04h25 | Mis à jour le 21.09.2017 à 04h25
    Imprimer
    S’ils marquent de leur présence l’entrée de la mairie, les grévistes indiquent ne pas en bloquer l’accès aux agents administratifs et à la population. Photo : X.H.
    Côte Est. Un mouvement de grève est en cours à la mairie de Hienghène. Les grévistes entendent dénoncer les dysfonctionnements de la collectivité et demandent le remplacement de la secrétaire générale.

    Un nouveau mouvement de grève a été déclenché mardi par l’intersyndicale USTKE-CNTP-SOENC.

    « Nous sommes vingt grévistes sur une cinquantaine d’employés », indique Joël Tjibaou, délégué syndical USTKE.

    Une note d’information rédigée par l’intersyndicale explique « la nature du mouvement » ayant conduit à plusieurs grèves successives depuis mars 2016. « La nouvelle équipe a cassé l’outil de travail [...] Les anciennes équipes étaient à l’écoute des administrés et des employés, ce n’est plus le cas à l’heure actuelle car le maire [ Daniel Goa] n’est jamais là. A cause de ses multiples mandats, il ne se préoccupe pas de la population, des employés et des problèmes de Hienghène. La commune passe toujours après les crises du gouvernement, le comité des signataires, les problèmes de mines, les problèmes politiques… Nous sommes obligés de passer par la grève pour se faire entendre en tant qu’employés. »


    Secrétaire générale sur la sellette

    La note dénonce ensuite « une secrétaire générale qui manque malheureusement d’expérience et de compétence. Les dysfonctionnements répétitifs dans les services se répercutent sur le service à la population [...] Nous en avons ras-le-bol des erreurs de la secrétaire générale, des rappels du Trésor public, des épaves de véhicules non traitées, du « cinéma » du tri sélectif pour finalement tout mettre au dépotoir municipal, du projet Marpous qui n’avance pas, de la poussière, des dos d’âne, des véhicules et engins du dock en panne, du coaltar promis sur les routes de la vallée de Hienghène… »

    Joël Tjibaou précise : « Le projet Marpous correspond à l’aménagement des terres coutumières (lotissement, adduction d’eau et assainissement). »


    Gestion des carrières

    Le délégué explique par ailleurs avoir demandé au maire des actions relatives à la gestion des carrières des agents (statuts, fiches de poste en lien avec entretiens individuels annuels). « On estime que la secrétaire générale doit être capable de faire ça, mais ils ont fait appel à un bureau d’études pour établir les fiches de poste ! » En conséquence, « on demande que la secrétaire générale quitte ce poste et soit remplacée par quelqu’un de compétent ».

    Et de conclure avec un exemple sur la mention « Maire menteur », inscrite sur une banderole : « En août, il nous a dit qu’il allait lui demander de démissionner, et maintenant, il nous dit qu’il faut lui laisser encore sa chance. »

    Contacté hier après-midi par téléphone, le maire, Daniel Goa répond. « J’ai toujours maintenu que c’est moi qui décide du recrutement, des nominations et qui valide les compétences. Les revendications de l’année dernière de reclassement et évolutions en interne ont été satisfaites, même s’il reste deux ou trois délibérations à passer en conseil municipal. Le protocole d’accord signé alors prévoyait le maintien de la secrétaire générale. Il n’y a pas de raison de revenir dessus. J’ai parlé avec elle. Elle n’est pas décidée à partir, souhaite rester en poste et je la soutiens dans sa décision. »

    Daniel Goa conclut sous forme d’avertissement : « Mardi, je leur ai bien dit qu’ils peuvent faire grève autant qu’ils veulent, mais que ce sera à leurs frais, il n’y aura pas de remplacement par des jours de congé, ni récupération. »

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS