Nord
  • | Crée le 18.02.2016 à 17h29 | Mis à jour le 24.07.2016 à 15h13
    Imprimer
    Baganda, mardi 16 février. A l'appel de leur nom, les élèves ont rejoint leur professeur principal pour intégrer leur classe. Photo I.C.
    A cause de travaux, les cent soixante-dix élèves ont finalement fait leur rentrée mardi matin au collège du groupe scolaire de l'Asee.

    « Nous avons décalé la rentrée d’une journée, en raison de la livraison de chantier dimanche soir. Nous avons voulu sécuriser le site. La rentrée s’est faite [mardi] sans accrocs, j’espère que ça va continuer », déclare Eric Gravina, le nouveau directeur du collège, qui a succédé à Célestin Kakué. Il se dit « satisfait d’une façon générale de cette rentrée, du temps – une chaleur pas trop excessive –, des parents très disponibles, qui sont avec leurs enfants et les professeurs principaux dans les salles ».

    La météo reste toutefois un sujet de préoccupation pour le chef d’établissement : « Nous allons acheter de l’eau et mettre des fontaines à la disposition de tous, surtout pour ce début de rentrée. »

     

    Une équipe stable

    A l’issue du protocole de rentrée et de l’appel, les cent soixante-dix élèves, qui représentent un effectif stable, ont été accueillis mardi matin, dès 9 h 30, par leurs professeurs principaux respectifs. Ces derniers leur ont remis, dans l’après-midi, les fournitures scolaires pour un démarrage des cours hier matin. Ces élèves sont répartis dans huit classes, à raison de deux par niveau depuis la sixième à la troisième. Ils sont encadrés par une équipe stable d’une quinzaine de professeurs. Un demi-poste d’EPS et un demi-poste de musique n’ont pas encore été attribués.

    « L’avantage de la stabilité de cette équipe, c’est qu’on a beaucoup d’expérience, on connaît bien le milieu. Certains sont là depuis trente ans, vingt-cinq ans… Ils connaissent les élèves. Ils ont eu leurs parents comme élèves, avance Eric Gravina. Cependant, notre grand handicap, c’est qu’il nous faut toujours du sang neuf pour nous rebooster et qui connaisse les nouvelles technologies qui arrivent et dont on n’est pas toujours au courant. »

    Le nouveau directeur de cet établissement de l’Asee (Alliance scolaire de l’Eglise évangélique) doit aussi faire face à des soucis plus inattendus. Le collège, depuis le cyclone Erica en 2003, avait fait enterrer son réseau électrique. 

     

    Des travaux électriques

    « On s’est aperçu, par la suite, que cela présentait des inconvénients. Des fois, ça disjonctait, on ne savait pas trop pourquoi. On ne savait pas où était le problème. Des travaux ont été récemment lancés pour la remise en état complète et aux normes en vigueur du secteur électrique, qui sera ainsi plus adapté au matériel électronique ultrasensible installé dans nos classes », renseigne le directeur.

    « Au niveau pédagogique, ajoute Eric Gravina, en fin d’année dernière, on s’était quittés avec la ferme envie de participer aux fêtes de la Science. Toutes les matières scientifiques vont 

    désormais se fédérer autour d’un projet. On a toujours l’objectif d’amener tous nos élèves en troisième et tous les moyens sont bons pour qu’ils aient une orientation positive et un bon résultat au brevet. »

    Outre l’enseignement traditionnel, les élèves bénéficient de deux heures hebdomadaires dans le domaine de l’enseignement des langues et de la  culture kanak dispensé par Régis Boaema.

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS