Nord
  • | Crée le 06.04.2016 à 03h00 | Mis à jour le 24.07.2016 à 15h55
    Imprimer
    La fin de l'extension des bureaux de la mairie figure parmi les projets phares des orientations budgétaires. Photo I.C.
    Les élus municipaux ont voté les budgets, lors des séances des 22 et 30 mars. Le programme est ambitieux avec cinquante-deux opérations d'investissement.

    «La particularité à Kaala-Gomen, c'est que le budget est éclaté en un budget principal, trois budgets autonomes et cinq budgets annexes. Le budget principal, composé des restes à réaliser (RAR) de l'année 2015 et des nouvelles inscriptions 2016, s'élève à 1,402 milliard de francs. Il s'équilibre en recettes et en dépenses à 690 MF en section de fonctionnement et à 712 MF en section d'investissement », renseigne Patrick Robert, le secrétaire général.

    Ce dernier détaille cette procédure inédite.

    « L'État, depuis un certain temps, demande aux communes d'identifier les budgets dans lesquels il peut y avoir des recettes spécifiques à leurs dépenses. Par exemple pour l'eau, il faut enlever les dépenses d'eau du budget principal pour avoir un budget annexe de l'eau dans lequel on peut isoler dépenses et recettes que l'on peut mieux suivre, etc. »

     

    Bientôt, il faudra payer l'eau

    L'orientation budgétaire principale de la commune est basée sur la maîtrise des dépenses de fonctionnement. Ainsi, huit personnels partis à la retraite n'ont pas été remplacés. La mairie fait désormais appel à la sous-traitance pour la réalisation de travaux, auparavant réalisés en régie. Elle surveille également ses dépenses concernant son parc automobile, l'électricité, etc.

    « Cela permet de dégager de l'argent pour l'autofinancement vers l'investissement », justifie le secrétaire général. Dans ce dernier domaine, la commune a un programme ambitieux s'élevant à 482 MF (en 2014, 129 MF de travaux en 2014, 287 MF en 2015.) Cet investissement se décline en cinquante-deux opérations dont onze seulement dépassent 20 MF.

    Les projets phares tournent autour de l'amélioration du réseau d'eau potable - une vingtaine de réservoirs, de captages et de forages alimentant 91 kilomètres de canalisation d'eau pour sept cents foyers.

    « L'idée est d'améliorer la qualité et la quantité d'eau car Kaala-Gomen devra un jour passer à la facturation de l'eau. Nous sommes la dernière commune de la province Nord où l'on ne paie pas encore l'eau. Une facturation forfaitaire, pour commencer, est prévue pour l'année prochaine », précise M. Robert.

    Parmi les autres gros projets figurent la fin de l'extension des nouveaux bureaux de la mairie, la rénovation, l'assainissement et le goudronnage de la cour de l'école publique, des opérations d'implantation de plateaux sportifs au centre sportif et en tribus (un ou deux), l'achat de terrains afin d'agrandir le patrimoine communal destiné à de futurs lotissements ou à des bâtiments publics.

     

    Relier Hienghène

    A noter que le pont de la Souha sera refait et pourvu de deux voies de circulation dans l'optique de la réalisation de la transversale Hienghène - Kaala-Gomen. Ces cinquante-deux opérations représentent 51 % d'effort d'investissement de la commune. Les élus ont également adopté les trois budgets autonomes portant sur la Caisse des écoles (119 MF), le centre communal d'action sociale (17 MF) et le SIVM Côte Ouest (35 MF) ainsi que les cinq budgets annexes portant sur l'eau (39 MF), les sites miniers (85 MF), le lotissement les Niaoulis (32 MF) et le lotissement de Ouaco (46 MF). Les différents votes ont été précédés par l'approbation du compte de gestion du payeur, du compte administratif du maire et de l'affectation du résultat 2015 sur le budget principal 2016.


    Finances à surveiller

    De façon générale, les finances de la commune sont assez bonnes. Son endettement cumulé s'élève seulement à 89 MF à fin 2015. « Nous sommes toujours en surveillance de la trésorerie, car c'est toujours un peu long de faire rentrer les recettes des trois partenaires principaux - province Nord, État et Calédonie », précise le secrétaire général. « Il est probable, si l'on ramène 1,814 milliard à 2 500 habitants, que le taux budgétaire par habitant soit le plus gros de la province Nord ».

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS