Nord
  • | Crée le 18.04.2016 à 03h00 | Mis à jour le 24.07.2016 à 16h06
    Imprimer
    Kaala-Gomen, samedi 16 avril. Les marcheurs confirmés sont allés jusqu'au sommet du Mont Kaala. Mais chacun y est allé à son rythme, en famille et avec le sourire. Photo I.C.
    Une cinquantaine de personnes ont participé, samedi, à une marche sur le Mont Kaala. Objectif : sensibiliser les populations et les politiques à la nécessité de la préservation du site.

    «On voudrait que le massif du Kaala, patrimoine environnemental de la commune, ne soit pas exploité par des sociétés minières. On voudrait aussi mettre en place un chemin de randonnée pour sa mise en valeur », plaide Serge Moinlaoupioh, animateur communal.

    Cette volonté de préserver le patrimoine environnemental de la commune fait suite à une rencontre entre un élu municipal et des représentants d’une société minière. Ces derniers exprimant leur volonté d’exploiter le massif du Kaala. L’idée de mettre en place un dispositif contrecarrant ce projet industriel, tout en sensibilisant la population, a rapidement germé chez les coutumiers et les élus municipaux. C’est ainsi que l’idée d’organiser une marche de sensibilisation à la préservation du patrimoine de ce site, véritable emblème de la commune, s’est concrétisée samedi.

    Dès 7 heures, une cinquantaine de personnes de Kaala-Gomen, des communes environnantes et des jeunes protestants du Mouvement des jeunes de Momawé (Grande Terre) se sont réunis au centre sportif du village. Répartis en trois groupes - marcheurs confirmés, marcheurs moyens et « touristes » - ils se sont élancés sur les flancs du Mont Kaala, chacun a son rythme, mettant le cap sur le sommet du massif. Ce qui représentait pour les confirmés quatre heures d’efforts, sachant que les autres catégories de marcheurs pouvaient décrocher et rejoindre, à tout moment, le centre sportif où tous avaient rendez-vous.

     

    Un autre regard

    De retour de leur randonnée samedi, les marcheurs ont été accueillis par les organisateurs. Moment opportun « pour refaire la randonnée » entre amis et officiels en donnant ses impressions. « Le parcours est très physique et sportif. Cela grimpe raide jusque là-haut. Il est assez propre. C’est trop joli, quand tu regardes de là-haut. C’est rare qu’on ait cette vue. On a tendance à regarder la montagne. De là-haut, on voit toutes les tribus, les fumées… », raconte Émile Poygnena, un participant. « Là-haut, on a une autre sensation. On a l’impression de sortir de la société. J’ai vu beaucoup d’arbres, de fleurs, de couleurs, que l’on ne trouve pas ici dans le bas, il y a aussi la fraîcheur. Je pense qu’il est important de garder et de préserver toute cette richesse. Il faut éviter à tout prix l’exploitation minière. »

    À terme, la mairie souhaiterait mettre en place un chemin de randonnée (lire ci-contre). « C’est ce chemin, emprunté par les marcheurs lors de cette première journée de marche de sensibilisation qui va être balisé, nettoyé et régulièrement entretenu », précise l’animateur.

    Vers un chemin de randonnée

    Afin de préserver ce site, la mairie et le Comité d’animation sportive de Kaala-Gomen (CASKG) vont prochainement se pencher sur la réalisation d’un chemin de randonnée balisé et aménagé. « Nous allons travailler en partenariat avec les services provinciaux pour mettre en place un chantier jeunes pour l’aménagement des aires de repos, avec construction d’abris, de tables, etc. Et ce, jusqu’au sommet du Mont Kaala d’où on a une vue imprenable. Ce massif a, de plus, tout un passé chargé d’histoire », renseigne l’animateur communal.

    Ce chemin de randonnée sera proposé à l’occasion des journées découvertes organisées par le GIE Tourisme province Nord et la mairie. Il sera en accès libre pour la population mais également pour tout touriste qui, au niveau de la sécurité, sera pris en charge par un membre du CASKG et la mairie. « Les touristes pourront également - s’ils ne sont pas accompagnés - prévenir la permanence de la mairie, la gendarmerie et le dispensaire de leur départ et de l’heure prévue de leur retour », précise Serge Moinlaoupioh.

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS