Nord
  • | Crée le 04.06.2019 à 04h25 | Mis à jour le 04.06.2019 à 07h41
    Imprimer
    Après avoir préparé et cuit la pâte, Vanensia commence à garnir les tartes salées. Photo I.C.
    KOUMAC. Les élèves des classes de 4e et de 3e Segpa ont préparé dernièrement un buffet destiné à être proposé au public. La concrétisation de plusieurs enseignements.

    Avant de dresser leur buffet dans les espaces verts de l’antenne de lycée professionnel, les 4e et 3e Segpa ont dû travailler en interdisciplinarité. « En français, les élèves ont travaillé sur les recettes. En mathématiques, ils ont abordé les calculs des quantités et des prix de revient. En cuisine, ils ont fait toute la partie professionnelle de la préparation des divers composants du buffet. Avec les élèves, nous avons préparé ce repas. Nous avons fait le pain puis les tartes salées et les salades », explique Valérie Crespin, professeure de technologie.

    Les volontaires ont ensuite assuré le service auprès des convives essentiellement composés, pour cette soirée un peu spéciale, des familles des élèves ainsi que des maîtres de stage.

    « Cette initiative permet aux élèves de prendre conscience que tout est lié dans leurs apprentissages. Qu’ils font des mathématiques, du français, voire de l’histoire - géo, etc., dans un but bien précis : se former professionnellement à leur futur métier. C’est un des objectifs prioritaires de la Segpa que de mettre du sens avant et derrière chaque apprentissage », précise Nicolas Gauthier, directeur de la Segpa.

    Des orientations diversifiées

    A l’issue de leur scolarisation en 3e Segpa, les élèves seront orientés vers un CAP. « Nous travaillons déjà sur leur orientation par rapport aux stages qu’ils font. On voit que cette année, c’est plus diversifié que les autres années. Il y a des élèves qui veulent s’orienter sur la petite enfance, sur le secrétariat… Un élève veut faire un apprentissage en boucherie, un autre veut devenir moniteur de voile », poursuit Valérie Crespin.

    Tous ces stages destinés aux élèves relèvent d’une organisation interne, notamment avec les professeurs d’enseignement professionnel.

    « Nous faisons la recherche des stages et les élèves travaillent toutes les matières d’enseignement général pour la préparation du CFG (certificat de formation générale). Nous avons une élève qui veut travailler dans la petite enfance le mois prochain. Elle a fait son premier stage à l’école maternelle et fera son prochain stage au mois d’octobre dans une crèche de la Croix-Rouge à Nouméa », renseigne la professeure de technologie. « Lorsque les élèves font leur stage sur Koumac, nous nous chargeons de l’organisation. Tout ce qui concerne l’internat et la demi-pension est pris en charge par l’internat provincial. Lorsque les enfants souhaitent faire un stage plus éloigné (Koné, Nouméa...), les frais sont à la charge de la famille », conclut le directeur.

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS