Nord
  • | Crée le 15.09.2018 à 04h25 | Mis à jour le 15.09.2018 à 04h25
    Imprimer
    Les représentants des partenaires de l’expédition ont visité le site occupé par les scientifiques de l’expédition « La Planète revisitée en Nouvelle-Calédonie ».Photo I.C.
    Koumac. L’équipe scientifique de l’expédition « La Planète revisitée », a accueilli, cette semaine, les représentants de ses principaux partenaires. Aujourd’hui, c’est au tour du grand public de profiter d’une journée portes ouvertes.

    «C’est l’occasion de voir comment cela se passe. Nous avons bien des restitutions de missions, mais il est bien aussi de voir concrètement comment cela se déroule sur site », a noté Nadia, Héo, présidente de la Commission de l’environnement de la province Nord, lors d’une visite organisée lundi dans le bâtiment des ex-Pêcheries du Nord, qui accueille l’expédition « La Planète revisitée ». « Ce sont de bonnes initiatives qui nous permettent de connaître ces différentes espèces auxquelles on ne pensait pas. De plus, les jeunes générations ont l’occasion de voir la richesse de ces espèces évoluant dans nos eaux. »


    Voir l’évolution des écosystèmes

    Philippe Bouchet, chef de l’expédition, et Pascale Joannot, directrice des expéditions scientifiques du Muséum national d’histoire naturelle de Paris, ont présenté aux partenaires de l’expédition le projet de « La Planète revisitée en Nouvelle-Calédonie », évoquant avec force détails l’historique de l’expédition, les moyens financiers et matériels mis à disposition, les méthodes de prélèvement… Pour Antonio Martin, 2e adjoint au maire de Koumac, il est difficile de ne pas être sensible à ce type de campagne. « Surtout qu’on sait qu’il y avait eu une première du genre en 1993. Vingt-cinq ans après, ce qu’on souhaiterait tous, c’est d’avoir un rendu sur l’évolution de nos écosystèmes, qu’il soit négatif ou positif. Il faut que nous en soyons tous conscients afin de faire en sorte de ne pas abîmer ce qu’on a de plus beau chez nous. »

    « Cette expédition est une très bonne initiative de la part du Muséum. C’est important d’associer à ces projets les forces vives de ce pays - notamment les institutions et les coutumiers », a souligné pour sa part Henriette Pujapujane, présidente du Conservatoire d’espaces naturels Nouvelle-Calédonie (CEN-NC). « Le fait de communiquer, de partager et de diffuser rend dynamique un projet. Et la réussite d’un projet ne peut se faire qu’en associant tous les acteurs. Le CEN-NC permet un ancrage du dispositif puisqu’il est la seule structure dédiée à l’environnement à l’échelle du pays. »

    Pour Pascale Joannot, c’est grâce à l’intervention du gouvernement mettant à disposition le navire Amborella, et aussi à la mairie de Koumac pour le prêt des bâtiments de l’ex-Pêcheries du Nord qu’elle a rénové. Mais aussi grâce à tous les autres partenaires qu’il a été possible de mettre au point cette expédition en Nouvelle-Calédonie. « Je suis vraiment heureuse qu’on puisse faire ce genre d’activité en Nouvelle-Calédonie. On va être suivi médiatiquement à l’extérieur, cela permet de faire un focus sur le pays en cette dixième année d’anniversaire de l’inscription au patrimoine mondial de l’Unesco. Là, on fait un module marin à Koumac, cela montre à l’ensemble de la planète qu’encore en Nouvelle-Calédonie, on découvre de nouvelles espèces. »

    Savoir

    L’expédition « La Planète revisitée » ouvre ses portes, aujourd’hui, samedi, à 9 heures et à 10 heures et l’après-midi à 14 heures et à 15 heures, aux anciennes Pêcheries du Nord au port de Pandop.
  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS