Nord
  • | Crée le 02.05.2019 à 04h25 | Mis à jour le 02.05.2019 à 08h22
    Imprimer
    Les élèves, répartis en groupes, ont travaillé sur différents scénarios de harcèlement. Photo I.C.
    KOUMAC. Pour la troisième année consécutive, l’équipe éducative du collège a organisé, lundi après-midi, des actions contre le harcèlement.

    A travers la journée organisée lundi sur le harcèlement, l’équipe éducative du collège de Koumac espère avoir planté quelques graines de réflexion dans l’esprit des élèves. Car cette problématique doit être prise en compte tout au long de l’année. « L’important, c’est de sensibiliser les élèves. De sorte que, s’ils voient un camarade en situation de harcèlement, ils interviennent auprès d’une personne-ressource et que cette situation ne se banalise pas », insiste Sophie Brulin, la directrice du collège.

    « Tous les établissements scolaires, en Calédonie ou ailleurs, sont touchés par ce phénomène. C’est la raison pour laquelle il nous est demandé, par le vice-rectorat, de faire des actions d’envergure au sein du collège et de travailler également à des protocoles pour gérer ce fléau qu’est le harcèlement scolaire, souligne l’infirmière de l’établissement. Il y a à peu près 10 % des élèves qui souffrent de harcèlement ou qui ont vécu le harcèlement dans leur scolarité. Le collège de Koumac n’est pas forcément plus touché que d’autres établissements. C’est quelque chose de courant. Et justement, c’est parce que c’est courant que l’on veut exprimer aux enfants que ça n’est pas normal et qu’il ne faut pas le banaliser. »

    Concours d’affiches

    Lundi après-midi, les élèves de tous les niveaux ont planché sur le sujet. Lors d’un débat avec leur professeur et des intervenants, les élèves de sixième et de cinquième ont évoqué comment ils se représentaient le harcèlement : les signes auxquels on le reconnaît, les différents acteurs, comment agir, qui sont les personnes-ressources…

    Ils ont ensuite été répartis en groupes pour travailler sur des scénarios qu’ils ont dû mettre en scène à tour de rôle et qui ont fait l’objet d’une critique constructive.

    Les professeurs des classes de quatrième et de troisième, quant à eux, ont refait avec leurs élèves un point sur leurs connaissances en matière de harcèlement et travaillé sur des affiches fournies par la brigade de prévention de la délinquance juvénile de Koné. Les élèves ont dû choisir parmi huit affiches celle qui, pour eux, était la plus évocatrice avant de restituer leur exposé à leurs camarades. Puis ils ont réalisé à leur tour des affiches évoquant le harcèlement, qui feront l’objet d’un concours.

    Une action du même type sera prochainement menée auprès des élèves de l’antenne de lycée professionnel.

    Une large implication

    L’équipe éducative a fait appel à divers partenaires : l’infirmière et l’éducatrice spécialisée de l’internat provincial, deux gendarmes de la BPDJ de Koné, la psychologue et une stagiaire de l’antenne médico-psychologique de Koumac.

    « Nous avons également voulu associer les parents. Nous avons envoyé un message à tous les responsables mentionnant qu’ils pouvaient se joindre aux intervenants s’ils le désiraient », souligne la directrice.

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS