Nord
  • Ivan Cotignola | Crée le 20.10.2017 à 04h25 | Mis à jour le 20.10.2017 à 08h26
    Imprimer
    Elections. Le second tour est prévu dimanche afin d’élire dix-neuf conseillers municipaux. Les candidats sont en campagne afin de convaincre les 2 101 électeurs.

    ■ Union citoyenne, Yohann Schouene

    «Priorités : électricité, eau et réseau routier »

    Yohann Schouene, qui se présentait pour la première fois et qui aborde ce deuxième tour avec confiance, tire la liste indépendantiste Union citoyenne à majorité UC. « Nous avons ouvert notre liste à d’autres partis. Elle est composée de dix-neuf colistiers - des personnes expérimentées et volontaires - pour qu’on puisse réussir à la mairie. » Lors de ce second tour, l’objectif de Yohann Schouene et de sa liste « est de gagner la mairie ». « Pour cela, il nous faut redoubler les visites sur le terrain. Au premier tour, nous ne sommes allés que dans les grandes tribus. Nous avons l’intention lors de cette nouvelle campagne de retourner dans ces tribus mais aussi dans les petites tribus aux alentours afin d’expliquer au mieux notre profession de foi : l’eau, l’électricité et le réseau routier. Si le temps le permet - nous n’avons que deux ans - les animations et les travaux divers. » Yohann Schouene estime que la liste qu’il tire est représentative de la commune et que ses colistiers et lui-même pourront « détecter les problèmes de chacun dans toutes les tribus - de Tiari, jusqu’à Paimboas en passant par Bondé et le village - afin de pouvoir trouver les solutions adéquates ». Pour ce faire, les colistiers se sont séparés en deux groupes, un qui a œuvré la semaine dernière, l’autre, dont Yohann Schouene, en fin de semaine « afin que les gens puissent constater que lorsque nous les informons sur notre programme, nous parlons le même langage ». Au vu des résultats du premier tour, la liste Union citoyenne a été contactée par des parties adverses afin d’envisager une alliance. « Mais les propositions n’étaient pas claires. Nous avons alors préféré aller tout seuls jusqu’au bout. Si nous sommes amenés à conduire la gestion de la mairie, notre priorité sera l’adduction d’eau dans les tribus. » La sécurité et la gestion des ordures ménagères demeurent également des problèmes préoccupants pour la liste Union citoyenne.

     

    ■ Entente communale, Richard Martin

    « La commune est dans un état déplorable »

    Richard Martin conduit la liste Entente communale, « sans étiquette » composée de jeunes et de quelques anciens expérimentés dans divers domaines. « Ce second tour est une opportunité d’avoir la majorité pour prendre la mairie et surtout de donner des chiffres indicatifs, pour, peut-être, dans deux ans, repartir. Nous abordons ce second tour avec sérénité et confiance. Nous avons une étiquette apolitique et nous sommes face à deux grandes entités politiques l’Union citoyenne qui dérive de l’UC et le FLNKS composé de membres de l’UNI et du Palika », lance Richard Martin. Après le premier tour, ses colistiers et lui ont décidé de faire de la propagande de proximité. « Aller directement voir les gens chez eux, devant un magasin, au village, dans les tribus et les endroits isolés, voir comment ils vivent, leur expliquer les enjeux et les possibilités de changement. Nous ne faisons pas de réunions par secteur. Nous essaierons de démontrer aux administrés que les deux listes qui sont face à nous ont des conflits internes. Donc voter pour eux, c’est voter pour un conseil municipal qui sera en désaccord. Nous, nous avons depuis le début une équipe soudée et cohérente », avance Richard Martin. A l’issue du scrutin de dimanche dernier, la liste tirée par Richard Martin était en position d’attente de propositions des listes adverses. « Nous avons eu des discussions. Nous avons proposé aux deux groupes de négocier deux places d’adjoints et trois places de conseillers. Nous n’avons pas eu de retour. La majorité de notre groupe ne voulait pas faire d’alliance. » Si la liste Entente communale est amenée à conduire la gestion de la commune, elle s’attellera prioritairement à faire des bilans sur tous les secteurs existant à la mairie afin de faire un état des lieux avec des priorités sur l’eau, l’électrification des foyers non desservis, le réseau routier… « La commune est dans un état déplorable. Tout est à faire. Pour fixer des priorités, il faut d’abord faire un état des lieux qu’on rendra public », conclut Richard Martin.

    ■ FLNKS, Marcel Paimbou Poumoine 

    « Réorganiser les services communaux »

    Marcel Paimbou Poumoine tire la liste FLNKS « réunissant tous les indépendantistes UC et Palika pour ces élections. Les enjeux de ce second tour sont pour nous de pouvoir continuer ce qui a été commencé depuis 2014 et de travailler à la réorganisation interne au niveau des services. Si nous sommes amenés à passer, l’idée est de refaire la même liste que celle de 2014 pour assurer la continuité », plaide Marcel Paimbou Poumoine. A l’issue du premier tour de scrutin, Marcel Paimbou Poumoine et ses colistiers n’ont pu que constater une abstention notable des électeurs de la commune, notamment au niveau des tribus. « C’est un manque au regard du devoir qu’est le vote. Ceci est dû à un manque d’informations auprès des populations. Nous avons aussi remarqué que les deux mariages sur les deux grands secteurs indépendantistes étaient en cause. Pour ce second tour, nous faisons « du porte-à-porte » depuis mardi. A partir de cet après-midi (jeudi), nous allons faire des réunions publiques dans chaque secteur – Paimboas, Bondé et village », précise Marcel Paimbou Poumoine. Ce dernier et ses colistiers ont désiré terminer ce que la liste FLNKS avait fait jusqu’à présent. « On ne peut pas s’allier avec une autre liste. Nous sommes déjà deux composantes indépendantistes sur cette liste. Nous désirons cependant convaincre les autres listes pour travailler au sein du conseil municipal pour essayer de composer avec leurs programmes », poursuitil. Si la liste FLNKS est amenée à conduire la gestion de la commune, elle mettra un point d’honneur à réorganiser le service « afin que ça réponde mieux aux besoins de la population », à retravailler sur les programmes d’adduction en eau potable, du réseau routier, de l’électrification et de mettre en place un partenariat entre la mairie et les tribus.

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS