Nouvelle Calédonie
  • A.T. | Crée le 16.04.2019 à 04h30 | Mis à jour le 16.04.2019 à 07h00
    Imprimer
    Philippe Reverce, Allan Choupeau, Fabrice Lion, Jean Agouréré, Claudia Schott, Jean- René Deleforterie, Vincent Stervinou, Céline Helmy, Nicolas Jardin, Yann Moreau, Ulysse Rouchaud, Xavier Moroy et Julien Billard sont les nouveaux ambassadeurs. Ph. A.T.

    ENVIRONNEMENT. Initié en 2016 par la province Sud, le dispositif des ambassadeurs du lagon a gagné treize nouveaux membres, qui ont officiellement reçu leur diplôme, hier soir, à la Maison bleue. Ce réseau d’opérateurs nautiques volontaires, qui compte désormais 42 professionnels, a suivi une formation dispensée par les gardes nature afin de sensibiliser et d’encourager les touristes à adopter des comportements respectueux de l’environnement. « Nous avons mis le tourisme au cœur de notre politique d’alternative au tout nickel. Entre 450 000 et 520 000 croisiéristes viennent chaque année en Calédonie sans compter les autres visiteurs, a rappelé Martine Lagneau, première vice-présidente de la province. C’est grâce aux ambassadeurs que les touristes et les Calédoniens ne dégraderont pas leur environnement. »

    Avec par ailleurs plus de 26 000 embarcations recensées en 2015, en majorité dans le Grand Nouméa, la surveillance et la sensibilisation des plaisanciers est primordiale.

    « Notre lagon dispose d’une biodiversité exceptionnelle avec une forte concentration d’espèces endémiques et menacées par l’activité humaine, insiste Nina Julié, élue du Sud. Les ambassadeurs ont un vrai rôle à jouer car ils sont en contact quotidien avec la population et les touristes. Ce sont les premiers à pouvoir sensibiliser sur des sujets concrets comme les mégots de cigarette jetés dans l’eau ou sur la plage. Ils aident aussi à relayer des informations aux collectivités. »

    A titre d’exemple, l’an passé, une quarantaine de signalements (infractions de plaisanciers, animaux marins blessés, etc.) ont été remontés aux gardes nature. Par ailleurs, ce label permet de gagner en crédibilité auprès des clients. « Nous pouvons transporter jusqu’à 300 personnes par jour. Comme nous gérons un flux important de visiteurs, il est d’autant plus important de leur apporter des informations fiables, estime Yann Moreau, capitaine du Mary D et ambassadeur fraîchement diplômé. Nous pouvons donner des conseils concrets pour limiter les dégradations et préserver la faune marine. Car on voit bien les coraux s’abîmer d’année en année. »

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS