Nouvelle Calédonie
  • Olivier Poisson | Crée le 13.04.2019 à 04h25 | Mis à jour le 13.04.2019 à 04h25
    Imprimer

    Le choix est surprenant. C’est presque en catimini, à une heure tardive et sur une page Facebook à l’audience limitée, alors même qu’il est en déplacement au Vanuatu, que le président du gouvernement a annoncé « prendre du recul ». Visiblement ému, Philippe Germain va donc grossir la liste des hommes et des femmes politiques de premier plan qui ne devraient plus siéger, à la province comme au Congrès. Cynthia Ligeard, qui l’a précédé à la présidence, sera dans le même cas. Bernard Deladrière, autre poids lourd du gouvernement, probablement aussi. Des choix qui ne sont pas forcément personnels et probablement dictés par la volonté de renouvellement affichée par les états-majors politiques loyalistes.

    Le cas de Philippe Germain est d’ailleurs assez frappant. Arrivé dans des conditions difficiles en 2015 à la tête du pays, il s’est depuis retrouvé en première ligne pour faire adopter toutes les réformes voulues par Calédonie ensemble. Une feuille de route qui lui aura valu de se rendre impopulaire auprès d’une partie de la population et plus particulièrement auprès des partenaires sociaux.

    Mais il faut bien le reconnaître, il laissera l’image d’un homme public d’une rare pugnacité. Il aura aussi montré d’une certaine façon les limites de la collégialité en dirigeant son institution d’une main de fer, une main que certains ont souvent pensé téléguidée par son chef de file. Quelles qu’aient été ses relations avec le patron de Calédonie ensemble, Philippe Germain a toujours tout assumé, sans se cacher derrière qui que ce soit. Il est juste dommage que la politique soit ainsi faite qu’il est difficile d’imaginer que le « retrait » du président sortant, avec cette étonnante discrétion, ne soit pas une manière de chercher à faire tourner les regards vers les promesses plutôt que sur le bilan. Un bilan que Philippe Germain aurait revendiqué, sans faux-semblant.

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS