Sports
  • | Crée le 12.04.2019 à 04h25 | Mis à jour le 12.04.2019 à 04h25
    Imprimer

    La marathonienne et l’Agence française de lutte contre le dopage (AFLD), qui accuse l’athlète de s’être soustraite à un contrôle antidopage au Maroc, livrent deux versions opposées. « Le 27 mars, c’était tout sauf un contrôle antidopage. C’était d’une grande violence, une incompréhension totale », a relaté mercredi soir Clémence Calvin, 28 ans. La vice-championne d’Europe du marathon 2018 raconte que trois personnes sont arrivées, se présentant comme de la police, et qu’une d’entre elles lui a tapé dans le bras, faisant tomber son fils de 2 ans... Le point de départ d’une dispute, sans coups, entre son mari (Samir Dahmani) et les contrôleurs. En réponse, le secrétaire général de l’AFLD, Mathieu Teoran, a démenti des « allégations particulièrement graves, dénuées de tout fondement ». Clémence Calvin, qui devait courir dimanche le marathon de Paris, est suspendue provisoirement, tout comme son mari. Photo AFP

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS