Sports
  • Mathieu Ruiz Barraud / mathieu.ruizbarraud@lnc.nc | Crée le 18.06.2019 à 04h25 | Mis à jour le 09.07.2019 à 19h45
    Imprimer
    Une partie de la sélection calédonienne de tennis, avec la tenue officielle des Cagous. Photo MRB
    TENNIS. Après une préparation chaotique, la sélection est désormais prête pour les Jeux. Une équipe très jeune et peu expérimentée qui sera présente à Apia sans grandes prétentions.

    Des filles jeunes et prometteuses

    Elles ont entre 14 et 15 ans. Clara Cwajgenbaum, Leilany Ipunesso et Carolann Delaunay représentent l’avenir du tennis calédonien et même national puisqu’elles font partie des meilleures Françaises de leur catégorie d’âge. « On n’a jamais eu d’équipe féminine aussi talentueuse, pose le coach Christophe Godot. Mais c’est vrai qu’elles sont encore très jeunes. »

    Et c’est bien le point faible, a priori, de ce trio. Elles découvrent les Jeux et la compétition internationale cette année. Face à des cadors du tennis régional, rompus à l’exercice, difficile de savoir comment les trois filles vont parvenir à gérer la pression d’un match où tout le public peut être hostile. « Il n’y a pas de pression à avoir, répond sagement Clara. On y va pour donner le maximum, on verra ensuite. » A noter que l’équipe n’est pas complète puisqu’il y avait quatre places. Haut placée dans la hiérarchie calédonienne, Emma Jouy, de la même génération, ne pouvait pas être présente aux Jeux car prise par des obligations avec l’équipe de France.

    Des garçons sans trop de repères

    Comme pour les filles, la sélection masculine est novice cette année. De 16 à 22 ans. Et parmi eux, seul Macéo Rouas a une petite expérience des Jeux avec une participation aux Minijeux de 2017 au Vanuatu. Il y avait perdu en simple au 2e tour face au Samoan Leon So’onalole. Pour Jean-Victor de Gaillande et Icham Tidjine, aucune expérience d’une telle envergure, mais un bon niveau de jeu sur le territoire. En revanche, William Bruchard, 22 ans, pourrait bien créer la surprise à Apia. Désormais joueur du circuit universitaire américain avec le Lewis-Clark state college de l’Idaho, il pointe à la 48e place du classement de la National Association of Intercollegiate Athletics (NAIA). « Sur le papier, il sera l’un des meilleurs joueurs à Apia, explique Christophe Godot. Il pourrait atteindre une demie en simple. »

    Le niveau monte

    C’est une réalité que l’on observe depuis maintenant plusieurs éditions des Jeux : le niveau général augmente. Si le tennis aux Jeux se limitait à un duel Calédonie-Tahiti au départ, puis Calédonie-Vanuatu plus récemment, force est de constater que cette bipolarisation a fait long feu. Désormais, les Papous sont redoutables chez les filles avec la famille Apisah. Fidji pourra compter sur William O’Connel et les Samoans sur leur pépite Steffi Carruthers. Sans compter sur les îles Mariannes du Nord avec Colin Sinclair, classé 482e à l’ATP. Du lourd.

    Un lourd héritage

    Les chiffres donnent presque le vertige. Sur les cinq dernières éditions, la Calédonie a remporté 38 médailles dont 18 en or. Du côté du classement par équipes, les messieurs ont toujours ramené une médaille, sauf à Guam où les matches par équipes n’avaient pas eu lieu. Et depuis Tahiti en 1995, c’est à chaque fois une médaille d’or. C’est donc peu de dire que l’héritage que porte la sélection version 2019 est lourd, voire pesant. D’autant que ces dernières années, c’est Nickolas N’Godrela qui dominait outrageusement le tennis du Pacifique. Mais, blessé, il n’a logiquement pas été sélectionné et personne ne semble actuellement en mesure de reprendre le flambeau.

    Ces Jeux devraient donc servir de point de départ pour une nouvelle génération, sans tuilage avec l’ancienne. Même chose chez les filles où la Calédonie cherche une héritière à Élodie Rogge-Dietrich, médaillée d’or en simple entre 2003 et 2011. Samoa 2019, le début d’une nouvelle ère.


    Le point de vue de... Ivan Treptow, Responsable de la délégation de tennis

    « C’est la première fois qu’on ne sera pas favori »

    Dans quel état d’esprit vous rendez-vous aux Jeux du Pacifique ?

    On y va avec une mentalité d’outsider. On en a beaucoup discuté avec Christophe Godot (le coach de la sélection, NDLR) et on est d’accord sur ce point. Mais même si on sait qu’on va avoir du mal à remporter des médailles, on sera présent avec la volonté de tout donner. On a confiance en nos joueurs et on sait qu’ils seront à la hauteur.

    Avez-vous un objectif de médailles ?

    Encore une fois, on sera outsider. Donc il ne faut pas s’attendre à ce que l’on soit favoris. C’est la première fois d’ailleurs. On souhaiterait rapporter deux médailles, mais je ne peux pas vous dire de quelle couleur. Je ne veux pas mettre la pression à nos joueurs. Ils sont très jeunes et je pense surtout que ces Jeux du Pacifique aux Samoa serviront surtout à construire quelque chose pour l’avenir.

    Comment a été faite cette sélection ?

    Cela ne s’est pas passé comme on l’aurait voulu. Le but de ces Jeux, c’était d’assister à une passation que l’ancienne génération lance la nouvelle. Il aurait dû y avoir des anciens qui accompagnent des jeunes. Mais nous n’avons pas été épargnés par les pépins physiques et les blessures. Je pense à Nickolas N’Godrela, à Guillaume Monot, ou encore à Julien qui n’était pas prêt physiquement. Et puis, il y a eu des défections. Nickolas N’Godrela a quitté son rôle de coach et a amené avec lui dans son sillage d’autres joueurs. Propos recueillis par MRB

     

    Repères

    La sélection

    Joueurs : Clara Cwajgenbaum, Carolann Delaunay, Leilany Ipunesso, William Bruchard, Jean-Victor de Gaillande, Macéo Rouas et Icham Tidjine.

    Encadrement : Ivan Treptow (Chef de délégation), Christophe Godot (Coach), Laura Dupont (chaperon).

    Le programme

    Le tennis se déroulera du 8 au 19 juillet au Apia Park. La première semaine sera dédiée aux tournois par équipes (dames et messieurs). Les tableaux de doubles (dames, messieurs et mixtes) et de simples (dames et messieurs) se tiendront la seconde semaine.

    Razzia de 2015

    Lors des Jeux de 2015 à Port Moresby, les garçons avaient remporté tous les titres possibles (simple, double, équipes). Sans compter que la finale messieurs opposait N’Godrela à Delaplane. Les filles, elles, avaient subi la loi des Apisah qui avaient remporté tous les titres féminins et le double mixte. Les Cagoues avaient malgré tout remporté l’argent et le bronze en simple et l’argent par équipes.

    Changement

    Alors qu’Alexandre Blasco devait initialement faire partie de la sélection, il ne sera pas du voyage. « Il a dû être remplacé pour des raisons médicales, » explique la Ligue de tennis. C’est Icham Tidjine, joueur de Pouembout qui le remplace. 

    Attention aux surprises

    Certes, cette équipe de tennis n’est, sur le papier, pas la meilleure de l’histoire des Jeux. Mais attention. En 2017 lors des Minijeux, l’équipe féminine n’avait pas non plus la faveur des pronostics pourtant, Méryl Pydo et Samuelle Bull avaient remporté l’or par équipes et l’argent en double.

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS