Sports
  • Au Harvest Centre, Anthony Fillet / anthony.fillet@lnc.nc | Crée le 12.07.2019 à 04h25 | Mis à jour le 12.07.2019 à 09h14
    Imprimer
    Thierry Cibone et Avelino Monteiro s\'amusent bien à Apia. Photo Anthony Fillet.
    TENNIS DE TABLE. Thierry Cibone, qui visera l’or la semaine prochaine au lancer de poids assis, et Avelino Monteiro, tenant du titre, ont entamé hier le tournoi handisport. Et entre eux, ça rigole pas mal !

    Avelino Monteiro n’est pas du genre à se cacher derrière sa raquette. « Oui, je suis le favori, ça c’est clair ! » Thierry Cibone confirme : « C’est le numéro 1 ». Avant de le chambrer dans un éclat de rires : « Je vais lui voler la médaille ! » Réponse d’Avelino : « Non, Thierry, tu peux gagner mais tu n'as pas le droit de voler ! » Sourires complices des deux Calédoniens, candidats au titre. « On est 10 hommes dans le tournoi, dont 5 à jouer le podium », précise Avelino. « Trois sont un peu au-dessus du lot : le Fidjien, contre qui j’ai perdu en finale des Minijeux 2017 parce que je me suis énervé après un point volé, le Papou, que j’ai battu pour l’or aux Jeux 2015, et moi. Les deux autres qui peuvent gagner, ce sont Thierry et un Vanuatais. »

    Avelino, le combattant

    Ancien karatéka, pratiquant de kempo et golfeur, Avelino est « né au Portugal » avant d'arriver « en France, dans les Vosges, à 8 ans et demi, puis en Calédonie pour l’armée à 19 ans ». Plus tard, une « rupture de suspension en moto dans un virage » lui laissera des séquelles sur tout le côté gauche. Et voilà comment il arriva au « ténis de Mesa » comme on dit « dans le district de Braga », d’où il est originaire… et où il vient de passer cinq mois, en préparation des Jeux du Pacifique. « Là-bas, j’ai joué en 2e division nationale », raconte-t-il, des étoiles dans les yeux, narrant ses sorties au restaurant et les chocs du championnat portugais de football suivis dans « des bistrots avec 50 mecs à l'intérieur et autant dehors... »

    Une absence du continent océanien qui intrigue ses adversaires à Apia. En début de semaine, « ils voulaient jouer à l’entrainement avec moi pour voir mon niveau, voir comment je joue. Je leur ai dit ''oui, tout à l’heure…'’ », se marre-t-il. Dans sa discipline, le para tennis de table, on s’observe pas mal. « Ça joue avec un picot en revers, c’est lent, c’est vicieux, tu joues avec le handicap », détaille-t-il.

    Avant d’entrer dans le tournoi hier, il a préféré cacher son jeu, se réservant pour la compétition, qu’il adore. « Mon point fort, c’est ma tête, c’est mon mental, je viens du combat, la pression j’aime bien. Moi, si t’es trop gentil, ça ne m’intéresse pas, mais si tu me rentres dedans j’adore ! » Un seul objectif l’anime, « ramener l’or. Si c’est autre chose, je ne vais pas être content… » Avec deux victoires en deux matchs, pour l’instant tout va bien.

     

    Tous qualifiés en individuel

    Après les trois jours de compétitions par équipes qui ont vu la Calédonie remporter l’argent chez les messieurs et le bronze chez les dames, hier ont débuté les tournois individuels et de doubles mixtes. En simples, les quatre garçons (Laurent Sens, Arthur Mas, Ronan Aubry et Adrien Cerveaux) et les quatre filles (Lorie La, Fabianna Faehau, Fleur Dumortier, Solenn Danger) sont sorties des poules : quatre (Laurent, Ronan, Lorie, Solenn) ont fini à la 1re place, les autres à la 2e. Ils disputeront cet après-midi les 8es de finale. En doubles mixtes, les 4 paires ont franchi les 16es de finale. Certaines ont déjà disputé hier leurs 8es : le duo Laurent-Fleur s’est imposé, au contraire de l’équipe Solenn-Arthur. Les trois membres de la sélection handisport ont également joué, en simples : Avelino Monteiro et Véronique Lussiez ont fait 2 sur 2 dans leur poule respective, au contraire de Thierry Cibone, battu deux fois par de sérieux clients. Tous seront de retour à la table ce vendredi.

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS