Sports
  • A l'Apia waterfront, Anthony Fillet / anthony.fillet@lnc.nc | Crée le 12.07.2019 à 04h25 | Mis à jour le 12.07.2019 à 09h08
    Imprimer
    Evelyne Lawi (numéro 1), ici à l'attaque. Photos Anthony Fillet
    BEACH-VOLLEY. Venues à Apia prendre de l’expérience, Julia Qazing et Evelyne Lawi, 17 et 18 ans, se sont arrêtées hier après-midi en quarts de finale face à la paire des Samoa américaines, victorieuse 21-15, 21-14.

    Elles ne monteront pas sur le podium cet après-midi, mais repartent quand même avec une médaille, celle des plus beaux sourires du tournoi. Dans la victoire, mercredi en barrage contre Kiribati (2-1), comme dans la défaite, en début de semaine face à l’Australie (0-2) et aux Salomon (0-2) puis hier en quarts de finale contre les Samoa américaines (0- 2), les filles du centre territorial d’entraînement de Lifou ont toujours donné l’impression d’être heureuses sur le sable d’Apia, que le ballon retombe du bon ou du mauvais côté du filet. « Aller en quarts de finale c’est déjà beaucoup. Représenter notre pays aux Jeux du Pacifique, c’est énorme ! On a su faire de notre mieux. Et si on est là aux prochains Jeux dans quatre ans, on espère faire encore mieux », positive Evelyne.

    Grosse ambiance

    Evelyne et Julia, toujours souriantes.

     

    Elle, comme Julia, garderont un bon souvenir de leur séjour samoan. Parce qu’elles sont montées en puissance au fil des jours, acquérant le gain en expérience qu’elles étaient venues chercher. Parce que, surtout, l’ambiance hier pour leur match a été énorme. Près d’une centaine de Calédoniens sont venus les encourager : les footballeurs, les footballeuses, les volleyeuses ou encore le médaillé en va’a Titouan Puyo, plus des membres de la délégation générale, tous donnant de la voix. « Ils sont tous venus pour nous, merci à eux ! Au début, ça donne la pression, mais après ça nous rend fières », reprend Evelyne, qui a commencé « le volley en 2012 comme Julia et le beach il y a quatre ans ». Malgré la défaite, contre une paire bien plus expérimentée (Litara Keil et Debeney Pula), leur entraîneur Jonathan Taoupoulou est satisfait du chemin parcouru. « On arrive quand même en quarts de finale. C’est positif, sachant qu’on venait là pour préparer les Jeux de 2023. Il faut bouffer de la compétition pour passer un stade, passer la peur car à chaque début de rencontre les filles ont peur. Au fur et à mesure que le match se déroule elles ont le déclic, mais la partie se termine… »

    Un tournoi relevé

    « Le tournoi, notamment féminin, est très relevé cette année avec par exemple la paire du Vanuatu qui est 16e mondiale. Pour plusieurs équipes, les joueuses sont professionnelles, elles évoluent toute l’année ensemble. Chez les hommes, c'est pareil », rappelle Florent Rossi, le coach des garçons, Rudy Issamotro, Euphraïm Iwane, sortis après deux défaites en poule. Reste maintenant, pour le beachvolley calédonien, à « surfer sur la vague », selon Florent. « L'objectif, c'est de spécialiser tôt nos athlètes dans le beach, parce que c'est une discipline à part entière », ajoute Jonathan. Un sport, spectaculaire, dont Julia et Evelyne ont assuré hier une belle promotion. 

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS