Sports
  • En Métropole, Y.C. | Crée le 14.05.2019 à 05h35 | Mis à jour le 14.05.2019 à 05h35
    Imprimer
    Lara Grangeon (3e en partant de la gauche), grande habituée des sourires sur les podiums. Photo D.R.

    Natation. Sur la lancée de ses championnats de France en bassin, la nageuse du CNC a frappé fort lors de son retour en eau libre. Elle a fini hier 3e du 10 km de l’étape de Coupe du monde : elle distance encore Aurélie Muller, à deux mois des championnats du monde en Yeosu, en Corée du Sud... Au début, c’était peut-être un exploit isolé, ça commence donc à devenir une habitude. Cela fait maintenant six mois que la double championne du monde du 10 km, Aurélie Muller, n’a plus battu Lara Grangeon en compétition officielle. C’était en novembre, sur la manche d’Abu Dhabi. Muller avait terminé 5e, Lara 12e. Tout cela semble désormais appartenir à une autre époque. Celle où la Calédonienne en était encore à la découverte de la discipline, un an seulement après y avoir fait ses premiers mouvements. Mais la multiple championne de France apprend vite. On l’avait déjà compris après le bronze européen de Glasgow sur 25 km en août 2018. Elle nous l’avait rappelé le 31 mars en remportant la Coupe d’Europe d’Eilat (Israël).


    Apprentissage rapide

    Cette fois, c’est aux meilleures du monde que Lara Grangeon l’a montré. Dans la peau de la patronne qu’elle est en train de devenir, la Cagoue a nagé en tête, pris des initiatives et ne s’est jamais laissée dicter la course par ses adversaires.

    « J’avais une stratégie en tête, je voulais partir au 7e km, confie Lara. J’ai essayé mais ça n’a pas fonctionné totalement comme prévu, mais j’ai réussi à rester lucide et à faire des choix payants. » Elle a juste cédé face à Bridi l’Italienne, et à Cunha la Brésilienne dans l’emballage final, conservant toutefois, au sprint, une avance sur une autre Transalpine et reléguant Muller à trois secondes.

    « J’avais envie d’être sur le podium et je me suis battue jusqu’au bout pour y être... Après les France en bassin, on avait coupé seulement trois jours puis enchaîné les kilomètres. » La semaine dernière, « je nageais encore 8,5 km par entraînement, donc je suis vraiment contente de cette course. J’apprends de plus en plus en eau libre et je prends un peu plus de confiance. » Logique après son premier podium mondial. Et la forme est toujours là. La Corée, c’est dans deux mois.

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS