• P. Ch. | Crée le 07.06.2019 à 08h42 | Mis à jour le 07.06.2019 à 12h15
    Imprimer
    Photo Thierry Perron

    C'est un train de propositions qui devrait être largement commenté avant l'élection du gouvernement, jeudi prochain : l'Eveil océanien a diffusé ce vendredi matin un communiqué de presse dans lequel la formation politique avance dix mesures qui doivent être appliquées « dans les trois mois » et qui constituent « un socle commun non négociable de la politique économique et sociale à mettre en œuvre très rapidement. Les points suivants sont à appréhender comme une chaîne dont les maillons sont indissociables ». A la manière du plan de relance de l'économie américaine d'entre-deux-guerres, cette série de mesures est intitulée le « New deal calédonien ».

    En clair, il s’agit d’une base de discussions en vue de la formation du futur gouvernement (le communiqué dans son intégralité est à découvrir plus bas).

    La première mesure consiste en une augmentation de 10 % du SMG, nécessaire selon la formation politique pour « augmenter le pouvoir d'achat des bas salaires ». Cela passe aussi par des abattements des charges salariales et patronales des petits salaires. L'Eveil océanien propose également une simplification de la TGC, la libéralisation du marché avec la suppression totale des mesures d'interdiction et de quotas à l'importation, d'une suppression des monopoles publics et privés, un meilleur accès à l'économie des artisans kanak et océaniens par la mise en place d'un statut d'auto-entrepreneur, l'intégration du permis de conduire dans le cursus scolaire.

    Pour l'Eveil océanien, ces mesures sont destinées à « tirer la classe moyenne vers un mieux-être et un mieux vivre, tout en mettant un terme à la surrèglementation de l’économie en favorisant les initiatives et l’intégration de tous dans le développement de la Nouvelle-Calédonie ».

    Sortir des clivages traditionnels

    Avec 6 077 voix en province Sud, la formation de Milakulo Tukumuli a obtenu quatre élus à l’assemblée de province et trois élus au Congrès. Elle veut « dépasser les clivages traditionnels ». A la Maison bleue, elle a contribué à l’élection de Sonia Backès et au Congrès, à celle de Roch Wamytan. Raison pour laquelle elle est désormais qualifiée de formation « indépendantiste » par l’Avenir en confiance.

     

     

    Le 'New Deal' Calédonien

     

  • VOS RÉACTIONS