Nouvelle Calédonie
  • Y.M. | Crée le 21.03.2019 à 04h25 | Mis à jour le 21.03.2019 à 07h15
    Imprimer
    La dernière rencontre autour de l’« accord particulier » entre Wallis-et-Futuna et la Nouvelle-Calédonie remonte à janvier 2012 à Nouméa. Photo Archives LNC

    COOPÉRATION. Les deux territoires se rapprochent, à nouveau. Conduite par le président du gouvernement Philippe Germain, accompagné du député Philippe Dunoyer, ou encore de Roch Wamytan, président UC de la commission des relations extérieures du Congrès, une délégation calédonienne atterrira demain vendredi à Wallis pour quatre jours.

    La mission intègre au moins un double objectif. Les visiteurs assisteront dimanche à la messe d'ordination du nouvel évêque de Wallis-et-Futuna, le père Susitino Sionepoe, en la cathédrale de Mata’Utu.

    L’ecclésiastique connaît la Nouvelle-Calédonie pour avoir officié à Pouébo, à Koumac, à Saint-Louis, mais aussi à Yaté. Le lendemain, se tiendra la quatrième commission de suivi de l’« accord particulier » entre Wallis-et-Futuna et la Nouvelle-Calédonie. Une déclaration conjointe sur le renforcement de la coopération doit être signée. Un préalable à la conclusion dans les semaines à venir d'un avenant qui révisera le champ d'application de l'« accord particulier », jugé trop restrictif. Un engagement financier des parties sera, de même, formalisé.

    Conclu en 2003 conformément à la loi organique de 1999 et à l'accord de Nouméa, l’« accord particulier » a connu des commissions de suivi en 2009 - avant les élections provinciales, comme cette année -, en 2010 et 2012. Puis, plus rien, d’où un fort ralentissement de la coopération. Des raisons politiques et institutionnelles internes au territoire de Wallis-et-Futuna sont évoquées.

    Cet « accord particulier » est très axé sur les questions sanitaires, sociales et de formation. Des manques sont apparus assez vite, le texte n'abordant pas des domaines essentiels tels que le développement économique, la culture, l'éducation, les transports, la sécurité civile… Des sujets d’échanges de toute évidence lors du tout proche séjour.

    Les délégations s’enchaînent à Wallis-et-Futuna. Le président du parlement du Vanuatu, Esmon Simon, a discuté ces jours-ci avec les élus locaux sur les thématiques du commerce, de la santé… mais aussi de la desserte aérienne. Ce transport par les airs est assuré par la compagnie Aircalin. Air Vanuatu a annoncé un vaste plan de développement jusqu’en 2030.

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS