Nouvelle Calédonie
  • ALP | Crée le 27.05.2019 à 04h25 | Mis à jour le 27.05.2019 à 07h05
    Imprimer
    L’exposition est ouverte jusqu’au 30 juin à l’Aquarium de Paris. Photo ALP
    ENVIRONNEMENT. Une exposition temporaire met en avant le patrimoine marin et culturel de la Polynésie, de la Nouvelle-Calédonie et de Wallis-et-Futuna.

    Inutile de traverser la planète pour en prendre plein les yeux : l’Aquarium de Paris a inauguré la semaine dernière « La France et le Pacifique », une nouvelle exposition en forme d’invitation à découvrir le patrimoine culturel et marin de la Polynésie, de la Nouvelle-Calédonie et de Wallis-et-Futuna, « trois territoires éloignés géographiquement de la République mais dont il est essentiel de préserver les spécificités », comme l’affirme le Pr Bernard Salvat, spécialiste des récifs coralliens, et commissaire de l’exposition.

    Si la faune sous-marine du Pacifique est depuis toujours au cœur des activités de l’Aquarium de Paris, cette toute nouvelle exposition tient en particulier à « sensibiliser le public métropolitain au patrimoine naturel corallien de ces collectivités françaises d’outre-mer et à l’urgence de le défendre », poursuit le Pr Salvat. En guise d’amuse-bouche, le visiteur est accueilli par une série de grands panneaux construits autour de plusieurs facettes culturelles indissociables de la culture polynésienne : l’art, l’artisanat, la conque, la danse, les explorateurs, la perle, le tatouage et la fleur de tiaré.

    Contes et légendes kanak

    Non loin, le « Couloir des savoirs » s’intéresse à une spécificité calédonienne : le Parc naturel de la mer de Corail. Cette grande aire marine protégée française est l’occasion, pour le commissaire, de rappeler que « les récifs coralliens du Fenua, du Caillou et du Royaume sont les mieux conservés du monde, car ils sont éloignés des continents, sources de pollutions diverses. Ils résistent également mieux au changement climatique », se réjouit ce spécialiste. Plus loin, le patrimoine marin de Wallis-et-Futuna fait l’objet d’une vidéo.

    La suite de l’exposition est centrée sur Under The Pole, « une mission lancée voici quelques mois qui s’est donnée pour objectif d’explorer les coraux profonds », explique Bernard Salvat. En une douzaine de photos grand format, le visiteur s’immerge dans la collecte des coraux de la « Twilight Zone » de la Polynésie française. « Situés entre moins 30 m et moins 150 m, des profondeurs quasiment inaccessibles pour les chercheurs, ces coraux profonds sont mal connus. Mais ils représentent un espoir : peut-être pourront-ils générer de nouveaux spécimens quand les récifs superficiels, malmenés par les dérèglements climatiques et les activités humaines, tendront à disparaître… », espère le professeur.

    En marge de l’exposition, plusieurs animations permettront aux visiteurs de « plonger » plus avant dans la culture du Pacifique Sud. Des conférences autour des événements qui ont conduit la France à s’implanter dans l’océan Pacifique ou sur les secrets des récifs coralliens sont programmées. Un spectacle de danse polynésienne et une animation autour du tatouage seront aussi proposés. Sywé et Thoan, un duo venu de Lifou et de La Rochelle, emmènera les curieux à la découverte des contes et légendes kanak en lien avec la mer.


    Savoir +

    « La France et le Pacifique », à l’Aquarium de Paris jusqu’au 30 juin 2019. Plus d’infos sur www.cineaqua.com

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS