Nouvelle Calédonie
  • E.C. | Crée le 19.03.2019 à 04h25 | Mis à jour le 19.03.2019 à 07h24
    Imprimer
    De droite à gauche : Cameron Diver, Bruce Shepherd, Paul Wilson et Achmad Gozali Hasan Mustafa. Photos E.C.
    SOCIÉTÉ. Le milieu de la diplomatie était en deuil hier matin au siège de la Communauté du Pacifique (CPS). En solidarité aux 50 victimes de l’attentat de Christchurch, une minute de silence a été observée sous les drapeaux, suivie d’un chant maori, « Te aroha » : une ode à la paix.

    Le drapeau à quatre étoiles de la Nouvelle-Zélande mis en berne à l’entrée de la communauté du Pacifique (CPS) donne le ton, alors qu’une petite foule de diplomates se rassemble, dont Achmad Gozali Hasan Mustafa, consul d’Indonésie, ou Paul Wilson, son homologue d’Australie.

    Simple et sobre, une cérémonie de recueillement s’est tenue hier matin au sein de l’organisation internationale, en hommage aux cinquante fidèles tués vendredi dans les attaques terroristes contre deux mosquées de Christchurch. « C’est malheureux de constater aujourd’hui que ces discours extrémistes arrivent jusque chez nous » a introduit Cameron Diver, directeur général adjoint de la CPS.

    « C’est un choc »

    Lui-même Néo-Zélandais, il souligne « l’importance de donner à la communauté néo-zélandaise en Calédonie l’occasion de se rassembler. » D’autant qu’une vingtaine d’expatriés néo-zélandais travaillent au siège de la CPS, dont le pays au grand nuage blanc est bien sûr un Etat membre. Pour eux comme pour le directeur, « c’est un choc », et quelque chose de complètement étranger à leur mode de vie, à leur culture et à leurs valeurs.

    « La Nouvelle-Zélande vous remercie pour votre geste de solidarité, a répondu Bruce Shepherd. Le consul de Nouvelle-Zélande à Nouméa, a ensuite condamné cet acte terroriste et souligné avec fierté les valeurs de « tolérance » de son pays.

    « C’est bien d’amour et d’amitié que nous pouvons tous vivre ensemble, a également indiqué Cameron Diver. Comme l’a dit la Première ministre, la Nouvelle-Zélande a été prise pour cible justement parce que c’est un pays de tolérance et de diversité, où les communautés se côtoient paisiblement. Aujourd’hui il faut maintenir cela. »

    « Fier de la réaction des Néo-Zélandais »

    Pour Achmad Gozali Hasan Mustafa, qui a lui-même vécu trois ans au pays des All Blacks, et qui connaissait l’une des victimes, « il ne s’agit pas seulement de montrer notre solidarité à la communauté musulmane de Nouvelle-Zélande, mais de condamner fermement cet acte de terrorisme qui s’attaque aussi à l’unité de ce pays. » Malgré le traumatisme, l’élan de solidarité et les millions de dollars déjà récoltés pour venir en aide aux victimes « rassurent » la communauté kiwie.

    « Nous pouvons être fiers de la réaction des Néo-Zélandais, et de cette volonté de renforcer notre identité, le respect de la diversité, et la tolérance de l’autre » a conclu Cameron Diver. Après une minute de silence, la cérémonie s’est achevée avec un chant maori « Te aroha » : une ode à l’amour et à la paix. Cameron Diver s’est ensuite rendu au Congrès de la Nouvelle-Calédonie, où, également, une minute de silence a été observée par les élus.

    Le consul d’Indonésie a longuement signifié son soutien au consul de Nouvelle-Zélande.


    Savoir +

    Le consulat de Nouvelle-Zélande met à disposition un livre de condoléances pour tous ceux qui souhaitent exprimer leur solidarité.

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS